BARBERON Louis

SITUATION FAMILIALE
Né le : 3 novembre 1887 à Sougy
Domicilié à : Trinay, puis Orléans, 109 fbrg Bannier (1911), puis Creuzy (1913)
Situation familiale : célibataire
Profession : charretier de labour
Parents : BARBERON Louis Désiré et ROBINET Alphonsine Félicité (mariés le 16/05/1887 à Sougy, domiciliés à Creuzy)

SITUATION MILITAIRE
Désigné comme soutien indispensable de famille par le Conseil Départemental dans sa séance.
Arrivé au corps et soldat 2ème classe le xx octobre 1908.
Clairon le 25 septembre 1909
Envoyé dans la disponibilité le 25 septembre 1910. A reçu un certificat de bonne conduite.
Rappelé à l’activité le 2 août 1914 ; arrivé au corps le 4 août 1914.
Tué à l’ennemi le 24 octobre 1914 dans la forêt d’Argonne

 

Registre matricule :BARBERON Louis  Fiche « Mort pour la France »:BARBERON_Louis
Généalogie ascendante (5 générations) :barberon-louis-arbre-5-generations  

Journal officiel de la République française – 15 février 1920 : citation de Louis BARBERON

 

JMO (Journal de Marche et d’Opérations) du 131ème Régiment d’Infanterie – 24 octobre 1914

(date du décès de Louis BARBERON)

L’attaque des tranchées allemandes a permis de gagner entre 50 et 100 mètres à l’ouest.

Sur la partie est, on a progressé également mais on n’a pas pu se maintenir sur le terrain conquis : les éléments des différentes unités regagnent leurs tranchées.

Vendredi 24 octobre 1914

En exécution des ordres du Général Commandant la 18ème Brigade concernant l’attaque du 131ème sur les tranchées barrant la Haute-Chevauchée, le colonel donne l’ordre suivant :

L’attaque aura lieu le 24 octobre à partir de 5 heures du matin dans les conditions suivantes :

Colonne d’attaque de droite (3ème bataillon) : 1 groupe franc de 9 hommes commandé par le sergent Septier – 4 sapeurs du Génie porteurs de pétards de mélinite et de grenades. Les hommes du groupe franc seront sans sacs, porteurs de cisailles et de serpes et de 2 à 4 boucliers et de grenades.

Compagnie de soutien (4 sections) commandée par le Ss-Lieutenant Guégnau ; 1 de la 11ème, 1 de la 12ème et 2 de la 9ème.

La compagnie de soutien aura pour mission d’utiliser le plus rapidement possiblele chemin ouvert par le groupe franc et de se jeter sur la tranchée ennemie pour en déloger l’adversaire. La compagnie de soutiensera accompagnée par un détachement de sapeurs munis de boucliers et chargée d’organiser le terrain conquis.. La colonne d’attaque de droite marchera parallèlement à la route de la Haute-Chevauchée et à environ 120 mètres.

Colonne d’attaque du centre (1er Bataillon) : 1 groupe franc de 7 hommes commandé par le sergent Goujon – 4 sapeurs du Génie. Compagnie de soutien (8ème , Ss-lieutenant Huet), 1 section de la 1ère, 1 section de la 3ème, 1 section de la 4ème, 1 détachement de sapeurs du Génie. Mission du groupe franc, de la compagnie de soutien, et des sapeurs du Génie : comme pour la colonne de droite.

Point de départ de l’attaque : jonction des tranchées des 1ère et 4ème Compagnies.

Direction : la Haute-Chevauchée et à l’est de cette route à partir des tranchées ennemies.

Colonne d’attaque de gauche (1er bataillon) : 1 groupe franc de 7 hommes – sergent Unsincher – 4 sapeurs du Génie, 1 compagnie de soutien – Lieutenant Dubois – 3 sections de la 3ème Compagnie – 1 détachement du Génie.

Mission analogue à celle des 2 autres colonnes.

Point de départ de l’attaque : extrémité droite des tranchées de la 2ème Compagnie.

Direction : la tranchée ennemie sur la Haute-Chevauchée, puis la Haute-Chevauchée elle-même.

La marche en avant des colonnes d’attaque sera appuyée par une pièce de montagne battant la Haute-Chevauchée et par une mitrailleuse. Pour éviter les éclats prématurés, les hommes occupant les tranchées des 1ère et 2ème Compagnies seront écartés autant que possible de la Haute-Chevauchée et tapis dans les tranchées. La plus grosse énergie devra être recommandée à tous en raison de l’importance du résultat à obtenir. La 7ème Compagnie viendra à 4h30 du matin en réserve dans les tranchées du réduit (carrefour des 6 chemins).

 

L’exécution du mouvement a lieu à l’heure prescrite et, vers 8 heures, les 2 colonnes d’attaque du secteur Ouest de la Haute-Chevauchée ont gagnée de 50 à 100 mètres en avant, environ, et ne peuvent plus progresser.

Elles organisent défensivement le terrain conquis, aidées par le Génie.

La colonne de droite (secteur Est de la Haute-Chevauchée) progresse également mais ne peut se maintenir sur le terrain conquis et les éléments des différentes unités regagnent leurs tranchées.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s